Fédération du Rhône

Fédération du Rhône
Accueil
 
 
 
 

Le PCF relève le gant du Medef

 

Le patron des patrons défie les politiques de débattre avec lui. Le PCF lui répond favorablement. Ils se donnent rendez-vous dans les colonnes de l’Humanité.

Pierre contre Pierre. Ça pourrait être l’affiche alléchante d’un prochain duel de haut niveau. Pierre Gattaz d’un côté, saint patron des patrons, provocant président du Medef réclamant coup sur coup le droit de licencier sans le moindre compte à rendre, ou la suppression de l’impôt sur la fortune. De l’autre, Pierre Laurent, chef de file des communistes français, sénateur de Paris, en lutte contre les politiques d’austérité et la casse des droits des travailleurs. PCF contre Medef, une opposition d’anthologie. Une version musclée du « dialogue social », à l’heure où le Medef se radicalise.

L’organisation patronale a en effet annoncé, à compter du 1er décembre, une grande semaine de mobilisation « pour dire le ras-le-bol et la souffrance des patrons français (sic) », expliquait récemment Geoffroy Roux de Bézieux, son numéro 2. Attendez-vous donc à voir prochainement mocassins bien cirés et jolis souliers Richelieu battre le pavé. Attendez-vous aussi à voir en face les bons godillots de ceux qui ont plus l’habitude des manifs de rues : le PCF a en effet annoncé pour les mêmes dates une « contre-semaine d’initiatives et d’actions pour rétablir la vérité ».

Voilà pour la bataille des organisations. Mais le moment fort de cette con-frontation pourrait bien se jouer en face-à-face, dans un mano à mano entre les deux dirigeants. C’est Gattaz qui a commis l’imprudence de la provocation. Sur son blog, s’inquiétant non sans cynisme du fait qu’on le soupçonne de jouer un jeu de « surenchère », il écrit au détour d’un article : « Je suis ouvert au débat et suis prêt à en discuter. Mais nos politiques évitent soigneusement d’entrer dans le débat et se contentent de dire que ce n’est “pas le moment” d’en parler. »

Sauf que « c’est bien au contraire le moment d’en parler, le moment de demander des comptes sur l’utilisation du CICE, le moment, arguments contre arguments, de parler des effets d’une politique d’austérité qui, comme le révèle une enquête de l’Insee sur le “portrait social de la France”, casse les vies et fait exploser les inégalités », répond le PCF par la voix de son porte-parole, Olivier Dartigolles. « Pierre Laurent répond donc favorablement à la proposition d’un débat public et contradictoire face à Pierre Gattaz », continue-t-il, défiant le patron des patrons de « ne pas “éviter soigneusement” la confrontation ».

Espérons que l’offre allèche Pierre Gattaz. Après tout, le PCF est pour lui un vieil ennemi de famille. Son paternel, Yvon Gattaz, déjà président du CNPF (le Medef de l’époque), n’avait-il pas déclaré qu’« on ne fait pas la même politique avec un PCF à 5 % et à 20 % » ?

 

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.