Fédération du Rhône

Fédération du Rhône
Accueil
 
 
 
 

Renzo Sully « La gestion d’une ville n’est pas neutre pour les populations… »

 

Pour Renzo Sully, maire (PCF) d’Échirolles, la future métropole grenobloise peut être un plus si elle est un lieu de solidarité, de respect des territoires et non technocratique.

Votre gestion peut-elle être un bouclier social ?

Renzo Sully. Je suis critique sur la politique gouvernementale. La gestion d’une ville n’est pas neutre. Il est possible, sur la base d’un projet, de rassembler largement et de répondre aux besoins des populations. Nos choix ont des conséquences concrètes sur la vie des habitants. Quel type d’habitat locatif ou d’accession aidée, quelles tarifications des services, quel soutien à la vie associative… De même sur la question de l’emploi. C’est la responsabilité des gouvernants mais 
nous mettons en place 
des services pour aider 
les jeunes…

Quelles conséquences auront les baisses des dotations d’État ?

Renzo Sully. Ces baisses des dotations sous Sarkozy comme sous Hollande mettent en cause des services et notre volonté de maintenir une fiscalité locale abordable. Nous perdons cette année 1,2 million d’euros sur les dotations d’État. Des réalisations à venir pourraient en être affectées. Avec l’adoption d’une charte en 2004, nous avons développé la participation des citoyens. C’est un point d’appui pour faire vivre notre politique et nous faire entendre des pouvoirs publics.

La métropole de Grenoble est-elle un plus ou un risque ?

Renzo Sully. Les deux. Dans cette agglomération il y a, depuis les années 1960, une tradition d’intercommunalité. Nous y participons. J’en suis vice-président. Aujourd’hui, c’est une nouvelle étape avec la métropole. Ce n’est pas un projet pour lequel j’étais favorable. Mais c’est voté. Il faut donc se projeter vers l’avenir et agir pour une métropole non pas technocratique qui éloigne les citoyens des lieux de décision mais solidaire qui, même avec des transferts de compétences, respecte les territoires et les besoins de ses habitants.

Comment réagissez-vous à une candidature dissidente du PS ?

Renzo Sully. Dans une situation difficile pour les familles, il vaut toujours mieux se rassembler que se diviser. Ce qu’attendent les populations c’est du concret, pas des divisions. Les gens se demandent ce que cette élection va changer pour eux. Il y a tant de déception vis-à-vis du gouvernement et une perte de confiance dans les politiques. C’est pourquoi nous débattons sur le terrain pour convaincre ceux qui ont le plus intérêt à une gestion progressiste de se mobiliser pour ces élections municipales.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.