Fédération du Rhône

Fédération du Rhône
Accueil
 
 
 
 

Plusieurs centaines de défenseurs de l’IVG manifestent devant l’hôtel de ville

 

Répondant à l’appel des féministes espagnoles, une manifestation était organisée par un collectif de structures contre le projet de loi du parti populaire espagnol limitant fortement l’avortement. Les manifestants se sont rassemblés, samedi devant l’hôtel de ville de Villeurbanne, proche du consulat espagnol.  

Bas du formulaire

«C’est un droit d’avorter, c’est un choix un enfant. » Le projet de loi du 20 décembre dernier, limitant fortement l’interruption volontaire de grossesse par le parti populaire espagnol n’en finit pas de révolter les populations de l’Europe entière. Répondant à l’appel des féministes espagnoles, une manifestation était organisée par un collectif de structures, dont font partie Osez le féminisme et le planning familial de Villeurbanne, samedi devant l’hôtel de ville, proche du consulat espagnol. En signe de protestation, des cintres, symboles de l’avortement clandestin, étaient exhibés. Près de 500 personnes, selon les organisateurs, ont répondu présentes à cet appel. « L’avortement est un droit essentiel pour les femmes, je suis outrée de cette loi le limitant », s’est écrié Christelle, une manifestante. De nombreux partis politiques, syndicats, associations ont participé à la manifestation. « L’avortement est un droit remis en cause aujourd’hui en Espagne, mais nous ne sommes pas à l’abri d’un retour en arrière en France aussi », s’inquiète Valérie, du Planning familial de Villeurbanne. Une nouvelle manifestation devrait avoir lieu le 1er février.

Le droit à l’avortement est-il en danger en Europe ?

Bas du formulaire

Depuis la loi de 2010 autorisant l’avortement jusqu’à quatorze semaines de grossesse, et jusqu’à vingt-deux en cas de malformation du fœtus, l’Espagne était l’un des pays de l’Union européenne les plus avant-gardiste en matière de législation sur l’avortement. Le projet de loi en cours la ferait passer du côté des plus réactionnaires. L’avortement n’est pas qu’un droit menacé en Espagne, mais dans plusieurs pays d’Europe. Deux pays l’interdisent (Malte et Andorre) et plusieurs états le restreignent fortement, dont font partie la Pologne, l’Irlande et Chypre. Autorisé en Italie, il est, dans les faits, très difficile, les gynécologues invoquant régulièrement leur clause de conscience. En France, bien qu’autorisé depuis la loi Veil de 1975, des structures ferment chaque année et les délais entre les rendez-vous sont parfois tellement longs que le délai légal de quatorze semaines est dépassé.

L’avortement est un droit

Bas du formulaire

« La loi abolissant celle autorisant l’interruption volontaire de grossesse est une entrave à la liberté des femmes. C’est inadmissible lorsque l’on a connu l’avortement avec les cintres ou les aiguilles à tricoter. Tout le monde sait que les moyens contraceptifs ne sont pas fiables à 100 %. La loi votée en Espagne est une atteinte à la liberté, l’avortement est un droit, je suis venue manifester en soutien à ces femmes espagnoles menacées de se le voir retirer. »

J’ai peur qu’il y ait un recul européen

Bas du formulaire

« J’ai déjà manifesté dans les années 70 pour la légalisation de l’avortement en France. Il y avait moins d’hommes à l’époque dans les rangs, alors qu’ils sont nombreux aujourd’hui. J’ai peur qu’il y ait un recul européen de ce droit, déjà qu’il y a un énorme recul en France sur le droit d’avorter et les pilules ne sont même pas gratuites pour les jeunes. Il y a une radicalisation Je suis donc venue aussi pour cette angoisse en France, et en soutien à l’Espagne. »

Nous sommes venues pour que les acquis ne reculent pas

Bas du formulaire

« Nous sommes venues pour que les droits et acquis ne reculent pas. En Espagne, l’égalité, l’expression et l’interruption volontaire de grossesse sont problématiques. C’est un retour en arrière dans beaucoup trop de pays, il faut être vigilant, car même en France, tout peut reculer très vite. Ma fille n’a que 14 ans, mais je lui en parle beaucoup, et ce droit est essentiel pour son futur, qui peut être vite là. Les acquis des années 70 sont fragiles. Comme le dit ma fille, “c’est juste dégueulasse”. »

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.