Fédération du Rhône

Fédération du Rhône
Accueil
 
 
 
 

BUDGET 2014 : L’injustice fiscale n’est pas une politique de gauche.

Le projet de budget présenté par le gouvernement pour l’année 2014 poursuit la voie austéritaire avec 15 milliards d’euros d’économie portant pour l’essentiel sur les dépenses publiques.

L’étude des budgets donne le tournis : -7% pour l’écologie, -2,5% pour la culture, -5,8% pour l’aide publique au développement. A cela s’ajoute la baisse de 1,5 milliards d’euros de dotations aux collectivités locales.

Les répercussions concrètes sont terribles avec des services publics réduits de manière drastique et plus de 3 200 suppressions de postes de fonctionnaires. De nombreux dispositifs utiles aux foyers modestes seront sévèrement rabotés : notamment à la baisse de l’aide juridictionnelle, à la suppression d’une aide de 500 millions pour les apprentis ou encore à la désindexation des aides au logement sur l’inflation.

Peu à peu, toutes les soupapes de solidarité s’effacent au nom de l’équilibre des finances publiques et de la compétitivité.

Côté recettes, c’est pire ! Le budget 2014 du gouvernement Ayrault constitue un véritable matraquage fiscal pour les classes moyennes et populaires. Près de 2 millions de personnes supplémentaires sont devenues imposables cette année. Parmi elles, des personnes âgées, des jeunes couples ou des salariés précaires qui, d’un seul coup, se retrouveront privées de nombreuses prestations sociales.

Comment s’étonner de la colère et de la désespérance de ces personnes modestes, qui se voient tout à coup considérées comme des nanties alors qu’elles vivent au quotidien la baisse de leur pourvoir d’achat ?

Le gouvernement se livre à un véritable inventaire à la Prévert en matière de fiscalité avec la hausse de la TVA, baisse du quotient familial, taxe sur les mutuelles, réduction des frais de scolarité.

Ce sont 10 milliards d’euros qui seront pris dans les poches des ménages, pénalisant durement le pouvoir d’achat des français. Dans le même temps, les grandes entreprises ne connaîtront pour l’année 2014 aucune hausse d’impôt, alors qu’elles réalisent des niveaux de profits toujours plus importants.

On voit que le gouvernement socialiste tente par tous les moyens de rassurer les patrons du MEDEF en orientant toute sa politique économique et fiscale sur les sacro-saintes baisses du coût du travail et hausse de la compétitivité.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.