Fédération du Rhône

Fédération du Rhône
Accueil
 
 
 
 

François Hollande plus va-t’en-guerre que Barack Obama

Analyse. Alors que l’opinion publique internationale et singulièrement française se réjouit des nouveaux développements diplomatiques concernant la crise syrienne permettant d’éviter une intervention militaire, les dernières déclarations du gouvernement français ne manquent pas d’alarmer.

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, pour déjouer un isolement de la France, a dû prendre acte des propositions formulées par la Russie, aptes à créer un apaisement sans lequel aucune solution en phase avec les aspirations réelles du peuple syrien ne saurait être possible. Malheureusement – et contrairement à ses déclarations –, Paris ne semble pas vouloir trouver une issue politique, restant le doigt cramponné à la gâchette. Fabius a ainsi annoncé que la France déposerait une résolution devant le Conseil de sécurité de l’ONU. Celle-ci évoquerait un système de contrôle et d’éradication de l’arme chimique syrienne. Très bien ! Mais pourquoi alors vouloir continuer à accuser le régime syrien du massacre du 21 août alors qu’aucune commission d’enquête digne de ce nom n’a encore rendu un rapport, une telle mention ne pouvant que provoquer un blocage au Conseil de sécurité et remettre en question la voie diplomatique ?

Il n’existe qu’une explication : la France reste arc-boutée sur une politique mise en place sous Sarkozy, et poursuivie par Hollande, qui vise à faire tomber le régime, coûte que coûte. Une politique aventureuse qui, dès le départ, ne s’est pas appuyée sur les éléments démocratiques et laïques de l’opposition syrienne mais sur les Frères musulmans, à l’ombre desquels grandissaient les djihadistes. Sarkozy avait réactivé la cellule de l’Élysée, mise en place par Chirac après l’assassinat de Rafic Hariri au Liban, visant à organiser et à financer certains opposants. Hollande s’y tient. La politique moyen-orientale – et même internationale – de la France n’a pas changé. Le président français a fait sienne, semble-t-il, la devise de son prédécesseur, d’être aux côtés des États-Unis dans toute politique guerrière. N’est-il pas étonnant de voir un François Hollande plus va-t-en-guerre qu’un Barack Obama ?

« Tout doit être entrepris, sous l’égide de l’ONU, pour que se tienne, dans les plus brefs délais, la conférence de Genève 2 afin d’aboutir à un accord politique entre toutes les parties, de stopper les violences et d’ouvrir un processus de transition démocratique en Syrie », souligne le PCF. Dans l’Humanité, Aram Karabet, qui a passé treize ans dans les geôles syriennes, expliquait que « la révolution syrienne a échappé aux Syriens ». La France se grandirait à permettre que se tienne cette conférence, sans préalable, en y incluant tous les acteurs régionaux de la crise, y compris l’Iran. Et qu’enfin le peuple syrien reprenne les rênes de sa révolution. Et pendant qu’on y est, supprimons, partout dans le monde, les armes de destruction massive, y compris nucléaires. Faut-il que François Hollande soit peu sûr de sa politique pour qu’il n’ait même pas daigné la soumettre à l’approbation des élus du peuple ?