Fédération du Rhône

Fédération du Rhône
Accueil
 
 
 
 

Repenser l’aliénation comme dépossession

 

Dans sa Critique des expériences dépossessives de Marx à Lukacs, Ousmane Sarr souligne l’exigence humaine de l’appropriation sociale et d’une sortie du système capitaliste.

L’aliénation n’est pas un concept sans histoire. Elle est bien plus que le sens ordinaire qui la fait qualifier le fait d’être étranger à soi-même. Le philosophe Ousmane Sarr, spécialiste de Marx, entreprend dans un récent ouvrage de refaire l’histoire de ce concept et d’en renouveler l’approche sous l’angle de la dépossession.

Ce livre s’ouvre sur une étude systématique des Manuscrits parisiens et de son concept clé de « travail aliéné ». Dans ce texte de jeunesse, Ousmane Sarr remarque le passage de l’aliénation objective, en lien avec les produits du travail, à l’aliénation subjective, qui met en exergue les relations sociales. S’inscrivant en faux contre la tradition althussérienne, Ousmane Sarr souligne l’évolution de la problématique de l’aliénation dans les textes de Marx. Ainsi, l’auteur rejette de la pensée marxienne toute rupture qui ne s’inscrit pas dans une dynamique de continuité. D’où son accord avec le concept de « rupture-continuité » de Lucien Sève pour qualifier ce moment stratégique dans les écrits de Marx.

Le nœud de l’essai peut être considéré comme la mise en rapport de l’aliénation marxienne et de la réification lukacsienne. L’aliénation marxienne manifeste « un intérêt théorique pour le travail et le monde du travail », tandis que la réification de Lukács fait « une critique de la société bourgeoise en se détachant de toute focalisation sur le travail et sur la classe ouvrière ». Ousmane Sarr soutient qu’il n’y pas lieu d’arbitrer entre ces deux orientations. Il importe de les dépasser dialectiquement, en s’appropriant un concept unificateur, la dépossession, concept initié par Stéphane Haber dans le champ de la philosophie contemporaine.

Être aliéné signifie, selon Ousmane Sarr, « être dépossédé – non de certaines choses, mais d’un pouvoir de s’enrichir auprès de choses, de gens, de contenus ». La dépossession qualifie pour l’homme le fait d’être à la fois privé de son pouvoir politique, du savoir et des éléments matériels lui permettant de reproduire son existence comme être avant tout objectif. Cause des inégalités sociales, la dépossession ne peut être surmontée que par l’appropriation sociale et la sortie du système capitaliste, foncièrement dominant et aliénant. Les différentes expériences dépossessives telles que la précarisation du travail, l’instrumentalisation des relations sociales et la perte de liberté humaine requièrent une prise en compte globale de l’aliénation et de la réification. C’est tout l’intérêt de l’ouvrage d’Ousmane Sarr.

 

Repenser l’aliénation comme dépossession

d’Ousmane Sarr

Editions l’Harmattan, 225 pages, 24,50 euros.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.