Fédération du Rhône

Fédération du Rhône
Accueil
 
 
 
 

Communiqué de presse de Danielle Lebail au sujet de la fin de la trêve hivernale

Communiqué de presse de Danielle Lebail au sujet de la fin de la trêve hivernale contre les expulsions locatives

Lundi 12 mars 2012

 

Tous les ans, comme un sinistre anniversaire, à partir du 15 mars 2012, des milliers de familles en difficulté vont voir revenir le spectre de l'expulsion de leur logement. Les préfets peuvent mettre la force publique à disposition des huissiers. Des hommes, des femmes et des enfants, dont le seul tort est d’être pauvre, peuvent être jetés à la rue sans solution de relogement. En 2006, Nicolas Sarkozy avait déclaré que plus personne ne dormirait dans la rue, en 2008. On sait ce qu'il est advenu de cette promesse, comme des autres. Il n’y a jamais eu autant de familles sans logement ou mal-logées. Le gouvernement soutient la rente locative, les profits tirés de la spéculation immobilière et foncière au détriment du droit au logement. Le droit au logement opposable (DALO) est une fiction. Des milliers de décisions de relogement ne sont pas suivies d’effet. L’Etat vient d’être condamné par le Conseil d’Etat pour sa non mise en œuvre du droit à l’hébergement d’urgence. Les locataires et les accédant-e-s modestes sont accablé-e-s par la flambée des loyers, des charges, de l’énergie, de l’immobilier et du foncier, qui n’ont jamais été aussi chers dans notre pays. C’est un véritable racket : de plus en plus de jeunes, de salarié-e-s, de précaires, de mères isolées… doivent y consacrer plus de la moitié de leur salaire. Les communistes, avec leurs élus dans le Front de Gauche, sont aux côtés des associations qui luttent pour le droit au logement. Cette année encore, Michèle Picard, Maire de Vénissieux, Mireille Elmalan, Maire de Pierre-Bénite, Martial Passi, Maire de Givors, Bernard Genin, Maire de Vaulx-en-Velin, et René Balme, Maire de Grigny, signeront ensemble le jeudi 15 mars, à 17h 00 devant les grilles de la Préfecture du Rhône, un nouvel arrêté proscrivant les expulsions locatives pour raisons économiques. La solidarité avec nos concitoyens les plus en difficulté ne se paie pas de mots. Il faut répondre à l'urgence par des actes politiques forts. En se basant sur le rapport de la fondation Abbé Pierre, le Front de Gauche propose la réquisition des millions de logements vide, la baisse des loyers et la construction de 200 000 logements sociaux par an.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.